Pfizer astreint de payer


La compagnie Pfizer est astreinte à payer des dizaines de millions

pour la mort d’enfants nigériens lors d’essais de médicaments

Vendredi 24 Juillet 2009 par



Natural News

, de David Gutierrez

Le , 24 juillet 2009


 

      Le géant pharmaceutique Pfizer a accepté de payer 75 millions de dollars pour régler une action collective en justice, intentée contre lui par des parents nigérians qui affirment que la compagnie a fait du tort à leurs enfants en les utilisant comme des cobayes lors d’un essai de médicament non consensuel et illégal.

      L'affaire commença en 1996, quand Pfizer eut besoin d'un test humain pour obtenir l'approbation de son nouvel antibiotique, le Trovan. Au moment où éclata une épidémie de méningite, de choléra et de rougeole à Kano, au Nigeria, la compagnie constitua rapidement une équipe de recherche et l’envoya dans ce pays. Pfizer installa une tente à proximité du poste médical où Médecins Sans Frontières fournissait des soins gratuits, et recruta 200 enfants pour les faire participer à un test de médicament illégal.


      Les parents affirment qu'on ne leur a pas dit que des remèdes éprouvés étaient distribués à quelques mètres de là, que leurs enfants étaient engagés dans un essai de médicament, ni que les études sur animaux avaient suggéré que le Trovan pouvait provoquer des dommages au foie et aux articulations.


      Onze des 200 enfants de l'étude sont morts, et les parents affirment que les autres ont eu des lésions cérébrales, un dysfonctionnement des organes et d'autres effets secondaires graves.


      L'affaire éclata quand Juan Walterspiel, un chercheur de Pfizer dont la participation à l’étude avait été prévue, mais qui avait été oublié, écrivit une lettre à William Steere, chef de direction chez Pfizer à l’époque, disant que l’étude de Kano « violait les règles éthiques. »


      « Certains des enfants étaient dans un état critique et la plupart d'entre eux étaient mal nourris, ce qui rendait l'absorption orale encore plus imprévisible, » écrit-il. « Au moins un est mort après une seule dose par voie orale. »


      Une action collective en justice contre la compagnie fut déposée auprès de diverses juridictions du Kenya et des États-Unis, tandis que certaines strates du gouvernement nigérian intentaient également leurs propres actions en justice contre la compagnie.


      Le règlement actuel vient du recours collectif en justice intenté au Nigeria. En plus de l’action collective en instance intentée aux États-Unis, Pfizer pourrait avoir à affronter d’autres poursuites judiciaires au Nigeria. En janvier 2008, un juge nigérian a délivré des mandats d'arrêt à l’encontre de plusieurs hauts responsables de la compagnie, après qu’ils aient omis de comparaître devant le tribunal.



Original : www.naturalnews.com/026685_Pfizer_Nigeria_United_States.html
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×